"About the river Loire"

Publié le par Mina



Je me souviens du soleil qu'il faisait et de l'atmosphère estivale qui émanait de chaque petit bout de paysage. Je me souviens de toutes les couleurs qui surgissaient des arbres, des fleurs, de l'eau et du ciel.Toutes ces couleurs si belles et si naturelles qu'elles nous marquent à jamais. Et puis je me souviens d'elle et de moi qui vagabondions le long du chemin. Ce petit chemin qui lui-même vagabondait le long de la Loire, qui elle-même vagabondait le long d'Orléans. Nous n'étions alors que deux petites particules, deux étoiles filantes qui évoluaient au milieu de ce vacarme naturel et qui se demandaient quelle place elles allaient bien pouvoir occuper parmi tout ce raffut, mais nous savions déjà comment apprécier toutes ces notes de couleur. Oui, je me souviens surtout de la simplicité de ce moment sans prétentions ni artifices, comme si la Loire avait tout emporté avec elle pour ne laisser que l'essentiel. Que le plus beau. Ce jour là fut un peu le calme avant la tempête, le dernier virage avant une cascade, le dernier moment d'innocence accordé à un enfant avant d'entrer dans l'age adulte. Ce fut un petit cadeau du ciel fait à deux jeunes filles qui n'avaient pas encore conscience de ce qui les attendrait une fois le soleil parti. Peut-être que les réponses à nos questions nous étaient servies sur un plateau mais que nous n'avons pas su les saisir, peut-être qu'une voie entre les feuilles nous chuchottait "regarde, comme c'est simple la vie" mais que nous ne l'avons pas entendue, parce que, mine de rien, nous nous prenions encore la tête avec pas mal de futilités. Quoi qu'il en soi, ce jour ensoleillé d'août porte en lui une grande part de mystère; il sonne comme le dernier accord d'une symphonie composée dans l'espoir de faire entendre la fin d'une histoire, de laisser la place à de nouveux acteurs, de nouveaux lieux et de nouvelles morales. Il ressemble au Happy end d'un conte pour enfant qui n'a jamais été écrit, ou que la Loire a emporté dans sa sauvage précipitation
.


by  'Liane

Publié dans Evasion

Commenter cet article

'Liane 01/05/2009 15:18

... En fait, ce truc a aussi aterri sur mon blog XD. Mais tu ne m'as même pas dit ce que tu en pensais vraiment ? Si t'aurais rajouté des choses ou si j'ai dit que des conneries lol. Bon en tout cas, today il fait beau et si j'avais pas cette fucking dissert sur l'argumentation à faire, je serais allée prendre des photos d'Orléans ! Ca y est, j'suis tombée dans la photographie ... Paix à mon âme XD.

Mina 01/05/2009 15:38


J'aurais surement dit ça avec des mots différents mais l'esprit y est. Je n'aurais pas employé le même vocabulaire et évité les expression famillières du genre "se prendre la tête" parce que ça
colle pas avec le style global. T'imagines si j'écrivais dans mes nouvelles sombres : "soudain, le compte se prit la tete sur des questions existencielles" xD. C'est ce qui se passe concrètement
mais il faut le suggérer , enfin c'est mon avis. Je dirais aussi que certains mots sont un peu excessifs du genre "vacarme" ou sauvage précipitation". J'ai pas vraiment senti la Loire comme quelque
chose de violent x) mais plutôt comme un calme presque parfait. Donc je dirais que c'est plutôt le registre de la douceur qui devrait dominer, un peu comme une chanson de Katie Melua. Enfin jme
comprend x). L'illustration du "ichigo ichie" ;)