Fragments #3

Publié le par Mina

 

Peut être que l'amour n'existe pas, que ce n'est qu'une suite de dépendances qui font mal,

qui déchirent.

Comme un cri qu'on voudrait vomir mais aucun son ne sort.

Alors on descend toujours plus bas,

on trouve des facettes de soi qu'on ne connaissait pas,

qui nous dégoutent,

qui nous broient.

Se lacher la main et se laisser noyer. Couler au fond de soi.

 

Combler un manque, un vide, une boulimie d'un instant.

Quelques instants perdus de paradis illusoires et après le vertige, la douleur.

Toujours.

J'aurais voulu ne jamais commencer.

Publié dans Citations

Commenter cet article